Citadelle des Rêves

Forum officiel de la communauté roleplay du jeu Slayers Online.
 

 
AccueilSiteFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG Commun] [Religion] Exégèse de la Création

Aller en bas 
AuteurMessage
Dominska
Renard
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 02/01/2010
Age : 43
Localisation : Tour du Palais

MessageSujet: [BG Commun] [Religion] Exégèse de la Création   Mer 13 Jan 2010, 03:00

En fouillant dans la réserve de la bibliothèque royale, je suis tombé sur un vieil essai rédigé par le Grand Prêtre de Dranig sous Roland II.

Le rouleau était poussiéreux et en piteux état, mité par endroits, mais j'ai pu en recopier le contenu avant qu'il ne s'émiette plus encore.

Cet écrit sacré serait probablement mieux conservé dans la grande bibliothèque du Temple de Donblas.


E xégèse de la C réation

I l est des mystères qu'une vie de méditation écorne à peine. Des mystères denses, opaques, qui semblent réservés à l'intelligence des dieux. J'ai passé mon humble existence au service des dieux, sous la tutelle de Dranig. Il m'a soufflé un don inestimable. Lui, Maître des Enigmes, m'a montré la voie de la connaissance de la Dilia.

Ténèbres et Lumière régissent le monde de tous les univers.

C omment les hommes sont-ils passés à côté de la connaissance profonde de Vesperae, alors que les dieux nous l'ont offerte sur un plateau? Leur première parole a été de nous expliquer le monde, et nous ne les avons pas écoutés, nous pauvres fous et idiots, mortels devant l'éternel.

D ranig m'a privilégié en élevant ma pensée, épurée de toute distraction. C'est dans le calme que tout redevient limpide. L'homme souhaite la paix. Pourtant il fait la guerre pour y parvenir. L'homme souhaite la richesse. Pourtant il exploite ses pairs et les appauvrit. L'homme souhaite le pouvoir. Pourtant il réduit à l'esclavage et à l'obéissance. L'opulence n'existerait pas sans la famine. La joie se nourrit de nos tristesses. L'amour puise sa force dans notre capacité à haïr.

Il n'y a pas l'un sans l'autre, et ils évoluent dans chacun des mondes à leur façon.
A insi fonctionne Vesperae. Pour un blanc, il faut un noir. A chaque carré, correspond un rond. L'équilibre de l'univers repose sur le subtil dosage d'immenses et puissantes forces en opposition. Chaque tentative d'annihiler l'une d'elle conduit inexorablement notre monde à sa perte, car les forces divines ne seront plus en harmonie.

Dans notre monde, il est écrit sur des murs antiques et des artefacts anciens que Ténèbres et Lumière avaient tellement de pouvoir qu'ils ont créé deux êtres aux immenses facultés ! Le problème était qu'ils n'avaient pas prévu d'enveloppe charnelle assez résistante pour accueillir des créatures mystiques aussi puissantes. Quelques pouvoirs atterrirent sur Vesperae pour former ce qu'on appelle la vie. Ces êtres vivants sont aujourd'hui les humains, les elfes, les Tinymony's ...

A insi il est dit que chacun de nous est tiraillé par ces forces colossales. Nul ne peut y échapper. Nul ne devrait oublier qu'il est issu de Ténèbres et Lumière. L'homme le plus vil est capable de tendre la main. L'assassin peut sauver des vies. Le voleur peut offrir des cadeaux. L'espion peut se montrer loyal et digne de confiance.

L a compréhension profonde de Vesperae a des conséquences effrayantes, et les hommes ont préféré oublier l'enseignement pourtant si transparent que les dieux nous ont offert dans les écrits de la Dilia. Car ces forces colossales agissent aussi inversément. L'homme le plus pur est capable de refuser assistance. Le justicier peut donner la mort. Le fidèle vassal peut trahir son seigneur.

I l est inutile de chercher à devenir le meilleur homme sur Vesperae. Il s'agit là d'une entreprise dangereuse. Car des forces se mettront en place pour rétablir le bon ordre du monde. Seule la recherche de l'équilibre a un sens et peut nous permettre de vivre dans un monde harmonieux. Est-il si étonnant que les elfes soient attachés à l'équilibre de la nature, eux qui mènent une vie si longue en cultivant le sens de la sagesse? L'homme gagnerait à écouter leur enseignement.

Nos premières divinités ne sont autres que Donblas et Demonio.
L es dieux eux-mêmes sont soumis au tiraillement de Ténèbres et Lumière. La justice de Donblas apaise la tourmente douloureuse de Demonio. Ils sont frères, proches et pourtant si différents. Tout les oppose mais l'un ne peut exister sans l'autre. La lumière de Donblas n'a de sens que s'il existe des ténèbres. La douleur ne peut être soulagée que si le bien-être existe.

D ans son infinie sagesse, Dranig m'a insufflé combien les autres dieux sont également fils et filles de Ténèbres et Lumière. Aariba rétablit la paix et l'ordre là où Narthe a semé guerre et chaos. Mais il y a plus encore. Les dieux ne comporteraient-ils pas, tout comme les êtres mortels, Ténèbres et Lumière en eux? L'aura d'Aariba est une chappe oppressante condamnant l'être qui la subit à la passivité. Aariba impose sa loi par son autorité. L'aura de Narthe inspire les hommes et leur ouvre l'esprit. Débarassés de toute contrainte, sous l'impulsion de leurs seuls désirs inassouvis, ils se lancent corps et âmes à la poursuite de leurs desseins les plus inavoués. Narthe libère les coeurs et les pousse à l'action. Où est la paix et où est la guerre? Où est la liberté et où est l'oppression? Qui est Ténèbre et qui est Lumière?

L es dieux réservent bien des mystères aux hommes. Ils sont tous des énigmes. La vie a pour gardienne la mère de la nature, Danava, alors que Vanilius conduit au Royaume des Morts, dont il est le gardien. Il est remarquable que Vanilius soit issu de la mort et qu'il ait donné vie à sa gardienne. J'y ressens une illustration parfaite et divine de l'équilibre savamment dosé vers lequel chacun de nous devrait tendre.

D ranig lui-même n'échappe pas à la règle. Dranigba le complète. C'est si évident, si ancré dans leur propre nom. Dranigba est la négation de Dranig: c'est son contraire. Mais eux aussi sont tiraillés par Ténèbres et Lumière. Dranig est le dieu du vent, de la tempète,... Une folie destructrice et une puissance chaotique extraordiare l'habitent. Et pourtant, il est aussi le dieu de la sagesse et des philosophe, celui qui passa une éternité à méditer sur une unique énigme! Dranigba est, lui, le dieu de la paresse et du repos. Mais il vécut une longue vie trépidante d'explorations et de découvertes. Il inspire aux hommes leur soif d'invention et de nouveaux horizons.

E t Brastos? Et Willanjis? Ne doutez plus de leur opposition. Les dieux ont tenté de nous éclairer mais nous sommes restés aveugles. Brastos est le dieu de la fête, des arts. Il incarne le temps perdu, le temps dépensé sans compter, l'inanité et la futilité des pauvres vies que nous menons. Willanjis nous rappelle à l'ordre, sans cesse, avec austérité. Il est le dieu du temps qui s'égrène grain par grain dans son sablier. Il est le dieu de la dure réalité de la vie, de la nécessité de travailler en Moniac pour survivre aux durs Lanjis. Et dire que cette connaissance nous est enseignée dans la légende de Noël mais que nous, pauvres ignorants, nous sommes contenté d'y voir un conte pour enfants.

Z andaros, dieu des eaux et du soleil ne peut être associé qu'à Fulrullia, déesse du feu et des intempéries. Comment les hommes n'ont-ils pas compris combien ils sont complémentaires, forgés directement par les forces originelles que sont Ténèbres et Lumières? Tous les deux incarnent les deux éléments ennemis: l'eau et le feu. Dans leur sagesse, les dieux ont pourtant essayé de nous éclairer. Fulrullia, déesse qui eut l'âme tourmentée par son désir d'amour. Vanilius n'est-il pas également le dieu des tourments de l'âme? Et Zandaros, au contraire, qui naquît de l'amour parfait entre deux êtres, créé par et pour l'amour de Danava. Pourquoi n'ai-je pas compris plus tôt ce que les dieux nous ont raconté dans les écrits de la Dilia? Des paroles si parfaites, si harmonieuses, balancant toujours entre elles les forces originelles, Ténèbres et Lumière.

Ils eurent, dans un premier temps, le rôle d'observateurs. Ils créèrent, grâce à leur immense magie, une île en plein milieu de l'océan, entourée de flammes qui gèlent l'imprudent osant y pénétrer. Ce lieu réservé aux dieux s'appelle la Dilia.
L a demeure des dieux n'est pas faite pour les mortels. Elle est le lieu où l'harmonie de Ténèbres et Lumière est préservée. Tant que la Dilia existera, il sera toujours possible de rétablir l'équilibre sur Vesperae et l'espoir sera toujours permis. Dans leur infinie sagesse, les dieux ont créé un Temple sacré et inviolable, garant de la pérennité de notre monde.

O h,Dranig! Loué sois-tu de m'avoir ouvert les yeux! Loué sois-tu de m'avoir mené sur les voies de la méditation et de la connaissance! Loué sois-tu de rendre la Dilia plus accessible aux pauvres mortels que nous sommes!

B asmir de Tyrionval, Grand Prêtre de Dranig
Drane 23 Arisis 1142

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[BG Commun] [Religion] Exégèse de la Création
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Citadelle des Rêves :: Temple du Savoir-
Sauter vers: